La pubalgie

La pubalgie (maladie d’homme ; rarissime chez la femme) :

Maladie du footballeur (il représente la majorité des cas), la pubalgie est caractérisée par une douleur au pubis (entrejambe), pouvant s’étendre jusqu’aux adducteurs. La douleur aux adducteurs est celle d’une tendinite, semblable à une tendinite au tendon d’Achille ou ailleurs ; la douleur au pubis est diffuse, peu précise, donne une impression de fragilité (comme une fêlure), et est faite d’élancements vifs et plus ou moins douloureux selon les moments.
L’apparition de la douleur est progressive. Au début, elle diminue quand l’athlète est chaud. Ensuite, elle devient constante. Enfin, elle devient véritablement handicapante.

Plus précisément, la pubalgie est une affection douloureuse du pubis et des muscles et tendons de la zone environnante. Elle est due à un surmenage sportif . Un déséquilibre musculaire crée une sorte de friction, un ensemble de micro-traumatismes responsable de la douleur.


Médicalement, cette affection regroupe trois syndromes différents :


1. Tendinite des adducteurs, ou tendinite d’insertion des adducteurs (les adducteurs dans leur zone d’insertion)
2. L’ostéo-arthropathie pubienne ; quand on a une jambe plus courte que l’autre ou à une anomalie de l’articulation de la hanche.
3. La pathologie pariétale abdominale ou pathologie inguino-pariéto-abdominale ; déficience (de naissance ou due à une mauvaise pratique) de muscles de la paroi abdominale, notamment dans la partie basse.

Les Adducteurs de la Cuisse
- le pectiné
- le petit adducteur
- le grand adducteur
- le moyen adducteur
- le droit interne



Cause : la zone pubienne, et les tendons et muscles qui y sont associés, sont fortement soumis à diverses pressions. Un footballeur frappe, tacle, lutte avec les jambes en avant, court parfois de travers, prend des appuis exigeants… Il est donc particulièrement susceptible de souffrir de cette zone qu’il malmène allègrement. Il suffit pour cela d’un déséquilibre de la musculature ou de la posture. Et alors, la pression devient blessante. Quand nous courons , il y a un déséquilibre entre le côté du corps où le pied est en appui et celui où le pied est relevé ou en position intermédiaire.
La symphise pubienne étant un carrefour important entre les puissants muscles adducteurs et abdominaux , durant l'appui monopodal (un pied) pendant la course , des contraintes majeures créent un cisaillement au niveau du pubis .
Ces contraintes peuvent être favorisées par un déséquilibre entre les forces musculaires des adducteurs et des muscles abdominaux obliques

L'insuffisance des muscles abdominaux obliques est une des causes principales de la pubalgie




Traitement : lorsque la douleur n’est pas encore trop importante, le sportif peut venir à bout de sa pubalgie assez vite. Deux choses à faire : arrêter l’entraînement, faire des exercices simples : s’accroupir et se relever, en maintenant le buste droit (très efficace), étirer les adducteurs. Un kinésithérapeute peut vous conseiller d’autres exercices, plus appropriés à votre situation, car chaque pubalgie est particulière.
Votre médecin vous administrera des anti-inflammatoires, des antalgiques et des décontracturants.
Il existe un traitement par ultra-sons ou ionisations.
Lorsque tous ces traitements ont échoué, il reste la mésothérapie ou l’infiltration.
Enfin, en dernier recours, l’opération chirurgicale, entraînant un arrêt de 2 à 6 mois.

La pubalgie est une pathologie au fort risque de résurgence. Alors que le sportif croit être complètement guéri, la douleur réapparaît, des semaines ou des mois après. Pour éviter cela, il faut compenser le déséquilibre en cause. Semelle orthopédique, musculation de la zone déficiente, natation, diminueront le risque de rechute.

 

Comment éviter la pubalgie ? 

Concernant plus spécialement l'entrainement du footballeur on veillera tout particulièrement à doser l’intensité des efforts fournis (ce qui reste toujours très délicat ). Bien souvent les syndromes pubalgiques apparaissent chez des sujets jeunes ayant augmenté brutalement leur quantités d’entraînement (c’est souvent le cas des jeunes intégrant des centres de formation) ou chez des athlètes arrêtés pour blessure pendant plusieurs semaines, lors de la reprise.
De la même manière, l’entraîneur devra surveiller le matériel utilisé. Par exemple la dimension des crampons devra toujours être adaptée à la qualité
du sol et il faudra toujours veiller à utiliser des chaussures évitant les blocages
sur sols synthétiques. Enfin on déconseillera chez les jeunes des ballons trop
lourds, usagés, facteurs aggravant des microtraumatismes.

En résumé , dosage et progression dans l’entraînement, apprentissage et perfectionnement des gestes techniques, sont autant d’atouts dans la prévention de la pubalgie .

Le 1° traitement pour soigner une pubalgie


Le premier traitement , le plus important , est le repos surtout en phase aigue douloureuse .
Votre médecin vous prescrira des anti-inflammatoires ( contre l'inflammation ) , des antalgiques ( contre la douleur ) et des décontracturants ( contre les contractures musculaires), un glaçage des adducteurs et des grands droits.


La rééducation


Elle doit être indolore et ne débute qu'après un mois de repos sportif complet.
Elle va associer des étirements des adducteurs et des psoas et un renforcement des obliques et de la sangle abdominale.

Voir les exercices d'étirements :

Gainage   >>>

Psoas   >>>

Renforcement des Obliques, bras tendus ou sur le coude

Renforcement des Obliques, Pied droit au sol et le pied gauche fait du pédalage.

Verrouillage lombaire actif, on descend vers l'arrière puis on revient doucement.

Verrouillage lombaire actif même exercice mais on cherche à porter la tête vers le haut.

Conclusion

On peut dire que la pubalgie est maintenant une entité bien connue, elle nécessite un diagnostic précoce qui permettra de donner un traitement adapté et efficace. Dans certains cas le traitement sera chirurgical mais toujours sur des indications parfaitement posées. Les différents programmes de prévention, appliqués avec rigueur , doivent permettre dans les années à venir d'éviter cette pathologie de surmenage.

Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 PONT L ABBE D ARNOUL 74 22 17 1 4 0 54 28 0 26
2 E.S.A.B 96 FC 62 22 12 4 6 0 49 38 0 11
3 ST J. ANGELY 60 22 11 5 6 0 50 24 0 26
4 ST GEORGES CT 59 22 10 7 5 0 35 22 0 13
5 PORT BARQUES 57 22 10 6 6 0 42 33 0 9
6 MARENNES US 55 22 9 6 7 0 26 20 0 6
7 F.C.B.E. 53 22 8 7 7 0 41 34 0 7
8 A.S.2.A 51 22 8 5 9 0 39 43 0 -4
9 ST JUST LUZAC 48 22 7 5 10 0 35 40 0 -5
10 TRIZAY CS 42 22 5 5 12 0 24 41 0 -17
11 DOEUIL MIGNON 38 22 4 5 13 0 18 53 0 -35
12 fontcouverte alfc 29 22 1 4 17 0 25 62 0 -37
Pl Équipe Pts Jo G N P F Bp Bc Dif
1 S.P.C.B. F.C. 77 22 17 4 1 0 71 20 0 51
2 BREUIL MAGNE FC 68 21 15 2 4 1 60 20 0 40
3 ST JUST LUZAC 62 22 13 2 7 0 46 30 0 16
4 LUSSANT 61 22 11 6 5 0 42 23 0 19
5 E.S.A.B 96 F.C 56 21 11 3 7 1 46 45 0 1
6 ST GEORGES OL 56 21 10 5 6 1 44 36 0 8
7 F.C. TONNACQUOIS 55 20 11 3 6 2 55 42 0 13
8 F.C. SEUDRE OCEAN 40 21 6 1 14 1 39 63 0 -24
9 TRIZAY 37 22 4 3 15 0 27 61 0 -34
10 BOURCEFRANC 37 22 5 1 16 0 25 66 0 -41
11 ST SULPICE R 31 21 2 4 15 1 20 60 0 -40
12 PORT BARQUES 44 19 7 4 8 3 33 42 0 -9